mercredi 17 avril 2013

Manifeste pour un big bang sanitaire ?

A la fin de mon précédent post sur Ces médecins qui nous gouvernent , je te proposais d'aller faire de beaux rêves. J'espère qu'au moins tu n'as pas fait de cauchemar. Après toute cette histoire, tu t'es peut-être dit qu'il serait bon de ne pas laisser ces médecins accéder au pouvoir. Oui mais alors, que faire des journalistes, des avocats, des juges, etc. ? Tu te vois laisser le pays entre les mains d'une administration ? Moi pas, franchement pas. Malgré ses imperfections, je préfère sans hésiter notre système actuel, même avec certains ministres voyous. Non le problème ne vient pas de la fonction de médecin, mais de la personnalité de la majeure partie de ceux qui se sont succédé jusqu'à ce jour dans les différents ministères. Ce sont presque tous des clones. Il est temps que le vent souffle ailleurs non ?  Au moins pour essayer, ça coûte rien. Moi après mon précédent post,  j'ai fait un rêve éveillé, un rêve dans lequel un autre type de médecins accédait aux postes de décisions pour l'avenir de notre système de santé. Au départ c'était un rêve assez flou. Puis très vite il s'est éclairci, éclairci et éclairci encore, jusqu'à m'éblouir et créer un véritable big bang. Voici ce qui est né de cette explosion :


1) Le ministère de la santé : ce grand ministère s'organise autour de 3 pôles : 1 dédié à la santé publique, à la prévention et à l'éducation à la santé, 1 second dédié aux soins ambulatoires, et enfin le 3ème dédié aux soins hospitaliers. Les clés de ce grand ministère sont confiées au Dr Dominique Dupagne . C'est la première fois qu'un médecin généraliste occupe ce poste (Aïe, j'entends déjà des dents grincer, mais c'est mon rêve et mon blog alors je fais ce que je veux !). La déclinaison de cette organisation se retrouve au sein de chaque ARS (maintenant qu'elles sont là, faut bien en faire quelque chose). Les postes de Directeurs d'ARS sont supprimés, et remplacés par des Responsables (et ouais, tout de suite le mot sonne autrement, attention c'est pas pareil, ça pèse sur les épaules...). Les Responsables d'ARS ne sont plus nommés. Ce n'est plus un petit casting entre amis avec le chef de l'Etat, mais ils sont élus parmi des candidats issus du terrain sanitaire. Pour la première fois, de jeunes pousses se voient confier de hautes responsabilités. Parmi les nouveaux Responsables d'ARS élus, on retrouve le Dr Borée (oui Borée, t'es encore jeune et ce pour longtemps), ou encore le Dr Jaddo. Chaque Responsable d'ARS se doit de travailler en étroite collaboration avec tous les professionnels de terrain du champs sanitaire. Le ministre les reçoit régulièrement pour être tenu au courant des avancées et difficultés rencontrées, et c'est bien beau d'être au courant, mais de plus, ensemble ils tâcheront de résoudre les problèmes.

2) Création du ministère des droits de la Femme, de l'Enfant, et de l'Homme, des Affaires Sociales et de l'Ethique. Ben ouais, ça aussi c'est la santé, et ça ferait trop de boulot au seul ministre de la santé qu'est déjà sous perf de paracétamol avec tous les maux de tête que ça lui donne ce challenge. Ce nouveau ministère est confié aux bons soins de  Mr Martin Winckler. Tu dois te dire, tiens, il n'a pas mis un médecin à ce poste. Perdu. Tu connais Dr Jekkyl et Mr Hyde, alors je te présente Dr Zaffran et Mr Winckler. Je sais pas trop ce qu'il ferait exactement, mais je trouve que ça lui irait bien et que ça aurait de la gueule. Voilà, c'est déjà pas mal non ? Et c'est tout pour les ministres, ça ne ferait que 2 toubibs au gouvernement, ça suffit amplement. Et impossible pour eux contrairement à certains de leurs prédécesseurs d'être promus ailleurs en cas de manquement à leurs fonctions...

3) La Caisse Nationale d'Assurance Maladie ou Miss Améli pour les intimes : après plusieurs années de sévices, exit Mr Frédérique Van Roekeghem (je sais ça fait mal aux oreilles et je suis pas sûr de l'orthographe) qui laisse son siège au Dr Christian Lehmann. Le nouveau directeur aura pour principale mission de redonner ses lettres de noblesses à notre belle sécurité sociale. Je sais tu vas me dire "mais y a plus d'sous". Et moi j'te réponds "mon œil" ou encore "et ta sœur". Pourquoi Fredo serait-il remplacé par Chricri ? Parce que Chricri a une bonne tête, bien remplie, il parle bien, il écrit bien, parce que son nom est plus facile à dire, et en plus il est beau. Ouais, finalement, c'est le genre de type qu'a tout pour lui, ça m'agace un peu ça, le mec que t'aime pas trop voir rôder autour de la nana que tu courtises, donc autant qu'il soit enfermé dans un beau bureau à la sécu. Voilà une raison supplémentaire ! Bon plus sérieusement, va lire un peu son blog et tu verras que ça ferait du bien un mec comme ça à la sécu, même si lui je pense que ça le gonflerait. Dans mon rêve, le directeur de la Sécu travaille étroitement avec le ministre de la santé et celui des droits de la Femme, de l'Enfant, ainsi de suite. Il renoue aussi un véritable dialogue constructif avec les acteurs de la santé, syndiqués ou pas, âgés ou pas...

4) La Haute Autorité de Santé (HAS): fusion des équipes de la revue Prescrire et du Formindep pour une direction collégiale de l'institution en charge des recommandations professionnelles. Elle aura également le rôle d'attribuer le label Qualité et Intérêt du patient aux diverses sociétés savantes de type Société Française d'Urologie, de Gynécologie, de Médecine Générale, etc. Les sociétés respectant et signant une charte prouvant leur totale indépendance par rapport à l'industrie pharmaceutique seront automatiquement labellisées, les autres subsisteront mais leurs recommandations seront ce qu'elles seront...

5) Suppression du statut de PU-PH, aïe, aïe, aïe, là je sais, c'est un peu raide. Le système archaïque, quasi féodal, n'a plus lieu d'être en 2013. C'est même incroyable qu'il ait vécu si longtemps. Création du statut unique de Médecin Praticien pour tous les médecins hospitaliers, libéraux, généralistes, spécialistes, scolaires, de prévention, etc. Les Médecins Praticiens généralistes exerçant en ambulatoire peuvent choisir leur statut (exercice libéral ou salarié) comme leurs confrères spécialistes. Ils étaient jusqu'à maintenant les seuls à ne pas avoir le choix de leur statut sauf s'ils décidaient de rester à l'hôpital, mais ne faisaient alors plus  de médecine générale de 1er recours. Le passage entre les différents modes d'exercice est facilité.

6) L'enseignement de la médecine : on pourrait en écrire un bouquin. Pour faire court, il est dispensé par des Médecins Praticiens (mais pas que) qui ont le goût et l'envie d'enseigner, ainsi qu'une formation adaptée. Renforcement du tutorat entre médecins enseignants et médecins en devenir. Les 6 années de faculté sont réduites à 5 (avec toutes ces matières à la con qui font bien sur le papier ou ne servent qu'à justifier le salaire du prof qui ne vient pas faire le cours lui-même, ainsi que toutes ces heures de secrétariat lors des stages hospitaliers, c'est pas trop dur de sucrer une année de fac...). En revanche, l'internat est allongé d'une année (ce qui au final fait le même nombre d'années d'études). La moitié d'une promotion de carabins étant vouée à exercer la médecine générale, réelle entrée de l'enseignement de cette matière dès les 1ères années d'études, en veillant à ce que les enseignants généralistes ne calquent pas les défauts des PUPH...

7) Grand ménage dans les publications d'articles. On arrête de publier au point d'emboliser les esprits et de devoir se former à la lecture critique d'article. Comme il n'y a plus de PUPH, ça ne sert à plus rien de publier des conneries juste pour avoir son nom au milieu d'une liste de médecins dont certains n'ont mis que les virgules et les points... et espérer ainsi avoir un poste uniquement parce qu'on a publié X articles à la con.

Voilà, il est l'heure, l'heure de se réveiller. Dommage. Je sais, tout cela était un drôle de rêve, et tu dois te dire "Mais de quoi il se mêle celui-là ?". Mais tu n'étais pas obligé de lire. Bref, pour me faire pardonner, la prochaine fois je te chanterai une chanson. La mélodie n'est pas de moi mais de Bruel, tu connais sûrement "Qui a le droit ". Sur l'air de cette chanson, je te chanterai "Le PSA". Tu sais chez les femmes, il y a la mammo, et les mecs eux, c'est avec le PSA qu'on les fait chier, quoi, que certains médecins les font chier. Je verrais bien le Dr Michel Cymes fredonner la chansonnette un des ces jours. Why not ? En attendant, réécoute la mélodie de Qui a le droit ? Relis les recommandations sur le dosage du PSA, et rendez-vous sur la Place des Grands Hommes si tu le veux bien, bien évidemment.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire