vendredi 17 juillet 2015

L'INGRATITUDE DES SOUVENIRS ?

Les souvenirs. C’est impressionnant comme un souvenir peut être ingrat et déformer la réalité. Je ne sais pas si les « psy » ont des théories à avancer sur les traits de personnalité des propriétaires de souvenirs mais si tel est le cas, je suis effrayé par mon cas personnel. Si vous souhaitez faire le test, j’espère que vous vous en sortirez mieux que moi.
 
Nous sommes justement en pleine saison durant laquelle fleurissent des tests en tout genre. Vous savez, le soleil, la plage, et ces tests en gros titres des magazines plutôt féminins dont nous nous moquons tous mais que nous nous empressons de réaliser en cachette nous les mecs, dès que notre nana part piquer une tête.
 
Dites-moi pas que oh sacrebleu non jamais au grand jamais vous n’avez été titillés par savoir ce que le test révélerait de vous à ce type de questions :
S’il vous est vraiment impossible de résister, les liens vous amènent directement aux tests, le N° 2 devrait avoir beaucoup de succès… Bonne chance.
 
Mon test je dois bien le reconnaître est beaucoup moins funky mais quand même, j’y tiens. Il consiste tout simplement à résumer une personnalité par le principal souvenir que l’on retient d’elle.
J’ai par exemple fait la liste des Présidents de la république français depuis que je suis en âge de comprendre ce qu’est un Président de la république et j’ai pris le premier souvenir qui me venait en tête pour le résumer.
 
Voilà ce que ça donne :

François Mitterrand = abolition de la peine de mort.
 
Pour l’instant, ça peut aller, mon cas n’est pas désespéré car ça aurait pu être la grenouille du bébête show, Mazarine, ou encore un truc autour de la prostate mais non, c’est l’abolition de la peine de mort qui m’est venue en premier. C’est là que contrairement à ce qu’on pourrait penser, même le souvenir d’une grande et noble avancée peut représenter quelque chose de terriblement ingrat puisqu’il occulte complètement d’autres aspects beaucoup plus sombres, la peine de mort n’ayant pas forcément été abolie pour tout le monde sous Tonton flingueur : RAINBOW WARRIOR : UN CRIME SOUS MITTERRAND.
 
Poursuivons avec les successeurs de Mitterrand, je crois que c’est à partir de là que mon cas se corse dangereusement…
 
Jacques Chirac = tête de veau.
 
Je sais, c’est con, ça aurait pu être la suppression du service militaire, « mangez des pommes ! » ou encore le non courageux à la guerre en Irak. Mais en toute honnêteté, ce fut la tête de veau. Vraiment très ingrats les souvenirs.
 
Nicolas Sarkozy =
 
Ouais je sais il y a un blanc en face de Nico car là j’ai failli faire une grosse bourde. J’étais à deux doigts d’écrire le mot « Karcher » alors qu’il n’était pas encore Président Nico à ce moment-là. Je me rattrape de justesse. Pour moi, le premier souvenir qui me vient de la présidence Sarkozy est le Fouquet’s. A peine élu, boum, premier souvenir. Petit mais rapide. Néanmoins, l’homme doit être un peu complexe pour avoir réussi de la sorte à me perdre dans mes propres souvenirs entre le Karcher et le Fouquet’s. Mais j’ai su vaillamment me rattraper à temps. J’espère simplement que le fait d’avoir comme premier souvenir d’un ancien Président sa sortie du Fouquet’s en jean n’est pas trop antirépublicain…
 
Ensuite, c’est au tour de notre actuel Président
 
 
François Hollande.
 
Là, la difficulté arrive. Déjà, il est encore en exercice, du moins il paraît… C’est vrai que ça ne se voit pas tellement. Mais du coup, il ne me semble pas très logique d’avoir un souvenir de quelqu’un qui n’a jamais pris pas encore quitté la fonction. Donc je m’abstiens, je ne me prononce pas même si j’imagine que mon premier souvenir de Fanfan sera sans doute le mariage pour tous. A moins que cette sournoise ingratitude tentaculaire ne s’immisce par-là :
 


****

 

On a ainsi terminé la partie du test avec les Présidents. Mais étant médecin, je me suis dit que ça pourrait également être rigolo de le faire avec les ministres de la santé.

Par exemple, juste avant que j’aille user mes fonds de culotte sur les bancs de la fac de médecine, la ministre de la santé s’appelait Simone Veil. C’était pas à cette époque-là qu’elle avait fait ça, mais dès que j’entends ce nom, c’est aussitôt l’Interruption Volontaire de Grossesse qui me vient à l’esprit.

Après, on a eu Philippe Douste-Blazy. Attention, attention et encore attention !!! Il faut relire le titre de ce billet. On est ici dans l’ingratitude totale des souvenirs, dans l’extrémisme du subjectif, de l’irrationnel, de l’intemporel, ce sont sans doute de mauvais souvenirs, je me plante peut-être dans les personnes et les dates mais voilà ce que j’en ai retenu.

Donc Douste = en toute franchise, le fait de penser à la mèche rebelle de Douste me mène droit à la tarification à l’activité à l’hosto et aux franchises médicales. Il a peut-être fait plein d’autres trucs bien ou mieux… Mais c’est ça qui me vient, désolé.
 
 
 
Observons bien la photo ensemble, il ne nous a pas pris en traître, on aurait pu se douter qu’il nous le mettrait bien profond malgré ses airs de bon père de famille…

Bernard Kouchner = tu peux pencher à droite comme à gauche, tourner dans tous les sens, retourner ta veste, la remettre à l’envers, faire tomber la chemise, je sais qu’il y a eu Médecin Sans Frontières et Médecin du Monde, la loi sur les droits des malades, etc… mais le premier souvenir qui me vient, c’est un sac de riz sur l’épaule au milieu d’une plage en Somalie.

Jean-François Mattéi = on est loin de la Somalie et pourtant ça chauffe. Ce type-là aussi a probablement réalisé des trucs importants, mais le premier et surtout le seul souvenir m’en restant, c’est son polo cool Raoul en pleine canicule.
 
 


Xavier Bertrand = les souvenirs, c’est ingrat et ça dépend du contexte. Xav’ l’assureur fut ministre de la santé lorsque j’ai débuté les remplacements en médecine générale. Donc question souvenir de Xav’, ce sont les demandes de patients pour obtenir une lettre afin de pouvoir aller consulter un spécialiste. Xav’ c’est ça, le parcours de soin, la réforme du médecin traitant. J’étais jeune et encore plus con qu’aujourd’hui mais à cette époque déjà, je me disais que c’était un peu con de réformer tout un système pour deux ou trois gugusses qui faisaient du nomadisme médical. Je me disais que c’était un peu louche ce truc mais bon quand on est jeune et con…
 
 
 
 
Après Xav’, on a eu Philippe Bas, mais comme il est resté à peine deux mois au ministère, je n’en ai aucun souvenir, le trou noir complet. Faut dire qu’après lui on a eu du lourd, du très lourd…
 
 
 
Roselyne Bachelot-Narquin = la vaccination H1N1, un fiasco pour certains, un jackpot pour d’autres. La belle époque. Celle où on fabriquait des vaccins plus vite que mon, son, ton ombre alors qu’aujourd’hui on met tellement longtemps pour le faire qu’on ne peut plus vacciner… Oui, Rosy c’est les vaccinodromes.
Quand je pense qu’aujourd’hui, tout son sérieux, toute sa crédibilité, n’ayons pas peur des mots, quand je pense qu’aujourd’hui une personne de cette trempe va bouffonner à la radio ou à la télé avec Cyril Hanouna, je me dis, la larme à l’œil prête à rouler sur ma joue : « mais flûte alors !... »

 
 
 

Après Rosy, je pensais qu’il serait difficile de faire pire mieux. Eh ben difficile ne veut pas dire impossible, car avec Marisol, on est peut-être très loin d’être au bout de nos surprises… Pour ceux qui l’auraient loupée, ne passez pas à côté de sa piètre prestation radio-télévisée ( reprise ici ) dans laquelle elle s’emmêle les pinceaux au sujet des vaccins d’une façon si ahurissante qu’on pourrait penser qu’il s’agit d’un canular. Non mesdames et messieurs, il s’agit bien là de la ministre aux commandes de l’avion santé, accrochez solidement vos ceintures, les trous d’air peuvent être fréquents et violents. La pilote n’étant manifestement pas assise sur un siège éjectable, le vol peut durer encore longtemps. Et même s’il devait s’interrompre brutalement, je ne suis pas certain que nous en garderions un souvenir fabuleux.

Sans déconner, avec le tandem Roselyne / Marisol, la dernière n’ayant rien trouvé de mieux que de poursuivre l’œuvre de la première comme d’un grand nombre de ses prédécesseurs, je ne sais pas si on aurait pu tomber encore plus bas dans le degré de nullitude au poste de ministre de la santé. C’est un mec médecin qui pense ça, cela ne signifie absolument pas que ce sont des pensées sexistes et/ou corporatistes. La preuve, on peut être un homme, médecin, de gauche, avoir le profil (idéal selon certains) pour le ministère, tout en s’avérant être une belle crapule, souvenirs souvenirs !
 
 
Ah les souvenirs, qu’ils peuvent être ingrats !
 
Je vous souhaite d'excellentes vacances, et essayez d'en garder de bons souvenirs.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire